You are here

le Grand Duc d'Albas

De rencontres en rencontres au travers de mes différents reportages, naissent des découvertes qui me conduisent à d’autres découvertes parfois insolites,quelques fois incongrues et d’autres fois, complètement « fol dingues ».
En ce 22 août de l'an 2017, il est sûr et certain que de toute ma « jeune » carrière de « journaliste d’investigation », je n’avais jamais vécu, une telle aventure.
A Albas, « pour y vivre heureux, vivons cachés », dixit monsieur le maire, Jean-Claude Montlaur ; air malicieux et belles bacantes.
Vivre caché ne veut pas dire se couper du monde, bien au contraire, simplement privilégier une qualité de vie.
Au village, tous les mardis de l’été, on y « festoie ». En ce dernier mardi de festin, la mouclade et les frites se sont retrouvées au menu.
Mais avant de passer à table, une bande de « fadas » avait décidé d'aiguiser les appétits par une démarche à la fois banale ; celle d’une petite randonnée jusqu’au Mont Saint Egut, soit à pied en partant du village soit en véhicule tout terrain de façon à arriver juste aux pieds de la colline.
Presque 400m de « grimpette » Voilà que le pièges'est refermé sur moi. Pétard de tisane ! Il a bien fallu que je l’escalade ce sacré « rampallou ».
Objectif, de cette expédition, une mission de la plus grande importance, initié par « un farfelu » le fameux Michel Mazeres

En voilà l’histoire
Ohana Damman, « la petite du village, qui s’exprime par la peinture », a réalisé un tableau ; le fameux grand duc, symbole des chasseurs.
Voilà qu'un « spécimen humain » (Michel Mazeres), patron des chasseurs de surcroît s’est mis dans la tête, que cet oiseau serait l'emblème protecteur du village.
Pour se faire, pas 36 solutions : réaliser une sculpture de la réplique du tableau pour ensuite, l’acheminer tout en haut du Mont Agut. Et cette idée «un peu givrée » a séduit les Albassiens, mais pas que... quant on connait le maire d'Albas, personne ne sera étonné du plaisir qu'il a éprouvé à adouber cette initiative.

Et dans son discours non dénué d’humour, Jean Claude Monflaur, a eu plaisir à dire : « nous avons réalisé une « couillonnade ».
Dans 100 ans, les générations futures parleront de nous, les anciens, en disant que l’on était un peu « cabourds ».

« Un événement exceptionnel qui fera date dans les anales du village ».

Sources : Le petit journal de l'Aude 31/08/2017

Le jour J, il a pris place sur un brancard pour être véhiculé jusqu’au sommet de sa destination finale par les chasseurs de la « meute » à Michel.

Après ajustage, l’œuvre de Bernard Ramon a bien été scellée, les bouchons de blanquette ont « pété » et monsieur le Maire a procédé au « baptême de la mascotte du village »

Le Grand Duc, repose désormais sur le socle de pierre réalisé à cet effet, en rendant hommage à la jeune Oana, l’artiste peintre du village, ainsi qu’au sculpteur de l’ouvrage Bernard Ramon. Grâce à leurs talents artistiques, désormais Albas est bien sous protection. Gageons que l’été prochain les Tours Opérateurs mettront à leur programme « la curiosité d’Albas » en visite absolue ; sans occulter le fameux sentier géologique.

Sources : Le petit journal de l'Aude 29/08/2017